Le sein féminin dans l’histoire de l’art

Le sein féminin dans l’histoire de l’art

Une chercheuse à l’université prévient dès les premières pages d’un livre sur les seins est que la vision sexualisée du sein n’est pas universelle.

« Histoire du sein I

Avec la permission de l’auteure, on appelait le sein « voile érotique » la région du corps qui suscite l’intérêt sexuel : les petits pieds en Chine, la nuque au Japon et les fesses en Afrique sont des fétiches érotiques non moins stimulants que les seins pour l’Occident. De passage, cet auteur, qui a également publié d’autres livres sur le sein, a évoqué les trois vecteurs à partir desquels le sein féminin a été représenté en Occident, presque toujours dans une perspective masculine : le « sein érotique », le « sein nourricier » et le « sein pathologique ».

Le « sein érotique ».

Comment se fait-il qu’en Occident, il y ait eu des périodes où les gros seins étaient les plus appréciés, et d’autres où les petits seins étaient plus attrayants ? C’est un peu comme cherchez sur internet des photos d’augmentation mammaire avant après !

Au Moyen Âge, la femme la plus honorée avait treize ou quatorze ans. À cet âge, elle s’est mariée, a conçu un enfant et est probablement morte à l’âge de vingt-cinq ans, de sorte que les seins les plus attrayants étaient les petits. Cela est évident dans l’imagerie et la poésie médiévales. Lorsque la durée de vie moyenne s’est allongée et que l’accent a commencé à être mis sur la sphère matérielle plutôt que sur la sphère spirituelle – comme ce fut le cas à la Renaissance – l’idéal de la femme a changé et la mode des gros seins a pris le dessus. Au XXe siècle, nous avons connu de brèves périodes où les petites poitrines étaient à la mode : l’une d’entre elles était les années 1920, et une autre la fin des années 1960, lorsque la mode unisexe a été imposée par le modèle Twiggy.

Au cours de ces deux périodes, les femmes souhaitaient s’assimiler aux hommes dans leur vie professionnelle et économique, et comme les seins apparaissent comme un trait si marqué de la féminité, elles ont essayé de les dissimuler. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque des femmes à forte poitrine comme Marilyn Monroe et Gina Lollobrigida ont fait irruption sur la scène publique, l’image féminine d’objet sexuel, celle d’une créature domestique née pour servir les désirs des hommes, s’est imposée. Pendant les périodes conservatrices de Reagan et Bush, après l’ère de la mode unisexe des années soixante et soixante-dix, la mode de la poitrine ample revient par le biais des implants mammaires.

Les écrits de Freud ont-ils modifié l’image érotique du sein féminin dans la culture occidentale ?

Pour Freud, le sein féminin est d’une importance capitale, essentiellement en tant que premier objet de séduction. Selon lui, le bébé fait l’expérience du sein non seulement dans son sens nourricier, mais aussi dans sa connotation érotique. Mais comme dans ses autres œuvres, Freud écrit généralement pour les hommes et, à mon avis, il se trompe toujours sur les femmes. Il se peut très bien que, dans la psyché de l’homme adulte, l’image du sein soit encore celle de la mère. Cependant, on pense qu’il n’en est pas ainsi dans le cas des femmes, car elles développent leurs propres seins et ne les considèrent pas comme un objet mais comme un sujet de plaisir.

La sensibilité des seins est-elle sexuée ?

Certains hommes éprouvent une grande sensibilité aux seins. Cependant, les seins sont considérés comme un centre d’intérêt érotique exclusivement féminin. On pense que c’est parce que c’est un trait tellement féminin que les hommes se sentent mal à l’aise de penser au plaisir qu’ils pourraient tirer de leurs propres seins. Les hommes gays se permettent de le faire, peut-être parce qu’ils sont ceux qui peuvent plus facilement se débarrasser de l’image archétypale du macho. À cet égard, il est également important de noter que si la plupart des femmes ressentent du plaisir lorsque leurs seins sont stimulés, certaines expriment du déplaisir. Une grande erreur des hommes est de penser que les femmes « deviennent folles » dès qu’un homme pose ses mains sur leurs seins. En réalité, ce sont eux qui « pètent les plombs », et ils se demandent rarement si les femmes aiment être stimulées de la manière dont elles le sont.

Le « sein nourricier ».

Dans un livre, il souligne que le sein nourricier, synonyme d’abondance, était vénéré comme un signe de survie pour le peuple juif, et est devenu une « nourriture spirituelle » dans la tradition chrétienne. Transformé en sein d’État par la Révolution française, lorsque la mère qui allaite est identifiée à la « citoyenneté responsable » par opposition à la nourrice à laquelle recourt l’aristocratie, le siècle des Lumières a représenté ses idéaux égalitaires par l’image « nourricière » d’une femme offrant ses multiples seins à tous les citoyens.

Comment la figure de la nourrice ou de la « laitière » est-elle apparue et disparue en Occident ?

Il y a eu quelques nourrices grecques dans la Rome impériale, lorsque les classes supérieures patriciennes ont acquis une certaine indépendance. Il y a eu des nourrices au Moyen Âge, lorsque la situation économique de l’aristocratie s’est améliorée, et au cours des 15e et 16e siècles en Italie, en France, en Angleterre et en Allemagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code